Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil association les Ateliers Saint Joseph Les travailleurs des Ateliers Saint-Joseph, de vrais vignerons, Association Les Ateliers Saint-Jospeh, France
Pour aller plus loin
association les Ateliers Saint Joseph
  • 2 allée des Isatis 33700 Mérignac France
  • 0556344047
  • asjop@nullwanadoo.fr
  • bidet dominique
  • dombidet@nullorange.fr


Les travailleurs des Ateliers Saint-Joseph, de vrais vignerons, Association Les Ateliers Saint-Jospeh, France

  • Travail et activité : Travail adapté
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par bidet dominique le 03/12/2012

Production vitivinicole en ESAT

L’ESAT et l’activité vitivinicole

L’ESAT Magdeleine de Vimont est situé à Castres-Gironde, au sud de Bordeaux. Depuis sa création en 1986, il était installé dans une commune voisine : l’association a fait construire des locaux adaptés à son activité dont il a pris possession en janvier 2006.

L’association a été fondée en 1967 par Magdeleine de Vimont pour structurer l’action sociale et éducative d’une communauté religieuse intervenant auprès de jeunes femmes en détresse sociale dans les quartiers nord de Bordeaux : un CAT, puis un hébergement dans un village des Landes girondines, puis un service de suite ... le premier CAT a été implanté à Mérignac dans des locaux neufs en 1993. Le principe fondateur est donc la prise en compte de « la globalité de la personne handicapée » : besoins physiques, sociaux, moraux, professionnels. Selon les demandes et dans le respect des consciences, répondre de façon adaptée au besoin spirituel inhérent à toute personne humaine, sans distinction de religion ou de philosophie.

L’ESAT Magdeleine de Vimont est agréé pour 90 travailleurs handicapés, affectés de déficience mentale ou de maladie psychique stabilisée. La moyenne d’âge est de 37 ans.
L’activité de production principale est centrée sur la vigne et le vin : dans les années qui ont suivi sa création, la direction a fait ce choix car l’établissement est situé au cœur du pays des vins de Graves, zone réputée des vignobles bordelais. Comme cette activité est physiquement souvent éprouvante, on a en développé une autre, moins astreignante : le choix s’est porté sur la production propre de l’autre ESAT de l’association, les confitures « Comme Autrefois », qui sont ainsi produites sur deux sites, et dont le volume produit a augmenté en conséquence.

La mise en œuvre du projet associatif a toujours conduit à faire vivre, à côté des activités de production, des activités non professionnelles : à ce jour groupe d’expression, tenue d’un pub, semaines dédiées aux activités de loisirs, à la culture, aux sports,…

Les enjeux de l’activité

Dans les vignobles des clients de l’ESAT, les équipes font tous les travaux « en vert », de la taille (hiver) aux vendanges, sauf les travaux de tractoristes. A la différence de la production de confitures, le TH ne voyait jamais le « produit fini » sur lequel il avait travaillé partiellement à tel ou tel moment de l’année. Une réflexion, conduite par l’équipe d’encadrement et par le Conseil d’Administration, a conclu sur l’intérêt qu’il y aurait à gérer une exploitation vitivinicole permettant de produire et de commercialiser le produit fini. L’enjeu était donc de se donner les moyens d’une pédagogie globale : si le travail contribue au développement des personnes, un travail qui abouti à un « produit bien fini » peut permettre une certaine fierté, une image de soi positive : « voilà ce que nous faisons ».

L’attente explicite venait de l’encadrement et des responsables associatifs ... s’il y avait une attente des TH, elle n’était guère exprimée.
L’expérience est sur la très longue durée, du moins est-ce l’espoir de chacun ! aussi ne parle-t-on pas d’ « objectif final », mais de projets et de moyens. L’un d’eux est évidemment de  travailler sur l’excellence des méthodes de production et du vin produit : plus les vins obtiendront de récompenses, mieux les TH seront reconnus et gratifiés.

Les ESAT sont tous confrontés aux dures réalités de l’activité marchande : le secteur vitivinicole bordelais est régulièrement secoué par des crises difficiles ; intervenir comme sous-traitants spécialisés dans une région en pénurie de main d’œuvre qualifiée fournit une situation plutôt sécurisée ; devenir un acteur sur toute la chaîne est beaucoup plus risqué. Gérer une exploitation, c’est plus complexe et plus lourd que gérer un atelier dans l’ESAT.

Mise en œuvre et moyens de développement

Après plusieurs années de recherche d’une opportunité correspondant au cahier des charges, une exploitation de 14 ha avec un chai construit dix ans auparavant et située à moins de 2 kms de l’ESAT a été mise en vente. L’Association l’a acquise en décembre 2008 et l’a mise à disposition de l’ESAT : celui-ci l’exploite et prend en charge tous les frais, y compris le remboursement de l’emprunt qui a partiellement couvert l’achat.
L’acquisition a été faite en partie sur fonds propres associatifs. La négociation a été conduite par le bureau. L’organisation de l’exploitation a été mise en place par le directeur et le chef d’atelier.
L’ESAT gère l’exploitation comme un atelier : le chef d’atelier est responsable de l’ensemble des travaux ; les moniteurs et leurs équipes interviennent autant que de besoin ; une monitrice, diplômée Viti Oeno, est détachée pendant les vendanges et vinifications  ; le salarié qui travaillait précédemment sur l’exploitation a été repris.

La continuité de l’exploitation s’est faite sans investissements supplémentaires, hormis la mise à niveau des matériels d’exploitation.

Des vrais professionnels créent un vin de qualité

La fierté des TH est évidente : on a pu le vérifier à l’occasion des « journées portes ouvertes » en octobre 2012 ; l’encadrement s’inquiète parfois de la surcharge de travail. Les premières récoltes ont été récompensées de médailles à des concours et sont recommandées sur des guides spécialisés, même si l’expérience est trop récente pour qu’on puisse évaluer des retours en termes d’image.

Les difficultés tiennent au métier lui-même : la première année les trois épisodes de grêle ont détruit 30 % de la récolte ! et puis il faut trouver de nouveaux débouchés, une nouvelle clientèle : le réseau déjà constitué pour les confitures n’est que partiellement adapté.
Cette expérience est certainement reproductible. D’autres ESAT exploitent déjà un domaine vitivinicole.
L’aventure ne peut être tentée que si l’ensemble de l’ESAT a déjà une bonne culture professionnelle dans le travail de la vigne.

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 50 - 30 = ?
Votre réponse: