Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Foyer le Pont de Pierre Diversité créative dans les activités d'un foyer de jour, Bretigny sur Orge, France
Pour aller plus loin
Foyer le Pont de Pierre
  • ZAC Maison Neuve 91220 Brétigny France
  • 01 60 85 26 40
  • foyerpontdepierre@nullyahoo.fr
  • delame
  • foyerpontdepierre@nullyahoo.fr
  • Chimenea Puente de Piedra


Diversité créative dans les activités d'un foyer de jour, Bretigny sur Orge, France

  • Travail et activité : Activités de jour
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par delame le 06/08/2010

Résumé :

Dés l’origine l’idée des ateliers était présente pour nous, derrière le vocable officiel de « foyer occupationnel ». C’est le point fort, le repère. Les ateliers que nous avons mis en place peuvent tous se révéler créatifs dans le sens où chacun conçoit sa propre réalisation. Pour se démarquer de l’occupationnel et donner du sens aux ateliers, nous avons misé sur la carte de la diversité. Depuis cette année une boutique est ouverte dans laquelle les productions sont vendues au public, elle s’appelle le « Pas’sage ».

Le contexte, notre cadre de vie
Le Foyer de jour le « Pont de Pierre » a été créé en 1997 par l’association d’Aide aux Personnes Inadaptées du Sud Essonne (AAPISE) Cette association fondée le 14 mai 1969, apporte son aide et son appui aux actions engagées en faveur des personnes inadaptées

Son siège social, qui se situe au sud de la Région Parisienne sur la commune d’Arpajon, gère plusieurs établissements : 2 Instituts Médico Educatif, un Service d'éducation spécialisée et de soins à domicile, un établissement et Service Aide par le Travail avec trois antennes, un service d’hébergement et d’accompagnement à la vie sociale et un foyer de jour (type occupationnel).

Le foyer de jour le « Pont de Pierre », crée en 1997, accueille 34 personnes en situation de handicap mental. La moyenne d’âge est d’environ 30 ans, le plus jeune à 20 ans et le plus âgé 52 ans.
Nous voisinons une zone industrielle où plusieurs commerces sont déjà implantés, notamment un Centre Commercial important qui draine, dans sa périphérie, tout un ensemble de commerces diversifiés.
Profitant de cette situation et du fait que les adultes handicapés accueillis ne soient pas aptes théoriquement à travailler, le Foyer est présenté comme un lieu de travail (adapté), avec ses contraintes et ses règles à respecter.

Dans la vie de la personne handicapée, l'activité professionnelle signifie non seulement l'accès à une reconnaissance sociale, à un réseau relationnel mais aussi à des rythmes, des habitudes de vie, des repères dans l'espace (investissement des lieux)


Le bâtiment a une surface d’environ 483,50. m2, répartis entre des ateliers pour les activités, des locaux de détente, de loisirs et des bureaux.
L’équipe est composée de 17 personnes, dont 10 encadrants.



Finalités ou « viser la créativité par la diversité »
Dés l’origine l’idée des ateliers était présente pour nous, derrière le vocable officiel de « foyer occupationnel ». C’est le point fort, le repère. Nous recherchons par ce travail dans les ateliers, la reconnaissance sociale des personnes en situation de handicap. Notre but n’est pas de faire des bénéfices financiers, mais de montrer les capacités, d’exposer les réalisations en vue d’une meilleure intégration. Depuis cette année une boutique est ouverte dans laquelle les productions sont vendues au public, elle s’appelle le « Pas’sage ».

Rapidement, nous nous sommes orienté vers une recherche de la créativité, développant ainsi un autre moyen d’expression, où les normes n’ont plus leur importance, où on laisse libre cours à la subjectivité.
Le foyer, dans son fonctionnement, n’a pas de contraintes de production, de rendement, de date butoir, de délais de livraison. Nous n’avons que les contraintes de travail que nous nous fixons.
Entrer dans une démarche de créativité, c’est se donner les moyens d’une expression nouvelle, c’est développer l’imaginaire, c’est tout sauf de la routine.

Il n’y a pas besoin d’être un spécialiste pour créer. Il suffit d’être inventif et, de par sa profession, l’éducateur ne l’est il pas de fait ?


Les ateliers que nous avons mis en place peuvent tous se révéler créatifs dans le sens où chacun conçoit sa propre réalisation. Cette forme de travail ne renvoie pas à l’échec car le produit fini est unique et relève d’une appréciation subjective. Elle apporte une richesse éducative en tant que source de plaisir, moteur d’expression et de communication. Participer à des expositions de peinture, à des fêtes de la musique, à des ventes artisanales lors des marchés de Noël, sont autant de manifestations qui permettent à la personne handicapée, une reconnaissance sociale.


Nos propositions diversifiées
Pour se démarquer de l’occupationnel et donner du sens aux ateliers, nous avons misé sur la carte de la diversité. La journée est partagée en deux. Les ateliers de travail le matin et les activités de loisirs l’après midi.

Actuellement 5 ateliers sont proposés : un atelier cuisine, un atelier bricolage et mosaïque, un atelier arts plastique, un atelier récup et bidouille et un atelier poterie.
Toute la production est proposée à la boutique pour une vente ou en exposition. Elle est située en centre ville d’Arpajon, c’est un lieu de rencontres, de discussion des personnes en situation de handicap et des visiteurs. La cuisine ayant toutefois des normes d’hygiène trop strictes, la production de cet atelier est surtout consommée en interne par exemple, nous fêtons les anniversaires avec les repas préparés, les gâteaux réalisés. Cet atelier peut être aussi le lieu d’un apprentissage pour aller vers un appartement et gérer sa propre cuisine.

L’après midi, les rythmes des ateliers sont différents, certaines personnes sont encore dynamiques, d’autres ont le souhait de se reposer. Un catalogue d’activités est proposé, parmi cet échantillonnage, la personne choisit une activité différente chaque jour. Cette diversité a pour double but de ne pas être dans la routine et aussi de répondre au choix de la personne. Tous les ans le « catalogue » est revisité pour être toiletté.
Nous avons dans les premières années mis en place des activités avec l’extérieur : jumelage, piscine, judo. Mais la population s’investit moins vers l’extérieur, il y a eu un retour vers le foyer. C’était moins le fait d’un choix que la prise en compte d’une réalité. Les activités de l’après midi sont axées vers la détente, le sport, nous ne sommes pas un lieu de soins et donc nous n’avons pas de kinésithérapeute, de psychomotricien, mais un professeur de sport. Nous encourageons les personnes à pratiquer une activité sportive par semaine.



Nos moyens
L’équipe éducative est composée de 7 éducateurs à temps plein, d’une potière, d’une professeure de sport. Une personne est chargée du « maintien des acquis », ce qui est avant tout une approche des besoins très concrets comme par exemple savoir se repérer dans un magasin, ce travail est souvent très individuel.

L’établissement comporte plusieurs lieux pour les résidents dont une salle bar avec fauteuils, télévision, là se déroule l’accueil du matin pendant environ une demie heure, certains ont un trajet de transport assez long, ils y prennent un café, une tisane. C’est aussi une salle où nous nous retrouvons pour des fêtes.

Les locaux administratifs comprennent un bureau pour le directeur, un pour la psychologue à mi temps, un pour l’assistante, une salle du personnel.

Les ateliers sont équipés de machines individuelles pour le bois, perceuses mais nous n’utilisons pas de matériel dangereux, la cuisine est sur le mode d’une cuisine familiale. Pour la poterie, nous avons reçu un four neuf la semaine dernière.

La créativité des éducateurs est aussi importante que celle des résidents, il leur faut s’interroger fréquemment pour que l’activité porte des fruits. Pour ma part j’anime une activité musique, ce n’est pas courant de la part d’un directeur. Nous intervenons dans des établissements avec l’orchestre.
L’intégration des personnes ne pouvant se faire par le travail, nous essayons de le faire par les loisirs.


La mise en valeur des réalisations par la boutique, évaluation, limites
La boutique nécessite un travail de « choix » avant la mise en vente ou en exposition. L’ensemble du foyer choisit ce qui peut être vendu, ainsi que le prix qui est à proposer. Celui ci peut varier de 2€ à 50 €. Si le travail n’est pas bien fini, - par exemple un cadre pas très propre- il doit être retravaillé.
Des étapes sont nécessaires pour parvenir à un travail valorisant. Nous ne sommes pas dans une recherche de bien ou pas bien, mais dans un apprentissage et donc une progression, certains ont davantage de difficultés que d’autres et il se développe un véritable esprit de solidarité.
Parfois des œuvres collectives sont réalisées. Tout le monde est alors participant, nous ne souhaitons pas mettre les personnes en échec.

Pour chacun la boutique offre une possibilité d’être reconnu, valorisé par le travail effectué, d’être en relation avec le public. Les résidents à la boutique entendent les personnes qui viennent, elles reconnaissent leur travail, l’apprécient.

Les bénéfices de la boutique sont de 1500 € environ par an, après une rencontre avec les financeurs, le choix de ne pas créer de coopérative a été fait, mais celui d’un retour collectif. Par exemple lors d’une grande sortie, récemment, nous sommes allés écouter Yannik Noah et son spectacle « enfants de la terre ». Cela les marqué. En réalisant rapidement la sortie, ils font le lien avec le fruit de leur «travail ».

Nous considérons la boutique aussi, comme un atelier délocalisé. Des résidents vont chaque matin à Arpajon animer l’atelier « récup et bidouille » et participent à la vente aux heures d’ouverture de la boutique. Cette diversité a permis l’échange avec les autres particulièrement l’après midi à l’extérieur
Nous favorisons les échanges avec d’autres établissements afin qu’ils puissent participer aux expositions de la boutique. Notre projet inclus l’idée de faire venir des artistes extérieurs pour un échange de savoir, ils exposeraient et en échange nous apprendraient des techniques. Nous projetons aussi d’être en lien avec Artisan du Monde, qui ont des objets mais n’ont plus de lieu de vente.
Un réseau social se met en place. Cela ne peut que favoriser un changement de regard.
Mais nous savons aussi que souvent nous devons faire le premier pas de la rencontre.




Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: