Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Une classe TED (troubles envahissants du développement) en maternelle : la classe expérimentale « Soleil » de l'Institution Saint Dominique de Neuilly-sur-Seine


Une classe TED (troubles envahissants du développement) en maternelle : la classe expérimentale « Soleil » de l'Institution Saint Dominique de Neuilly-sur-Seine

  • Enfance : Éducation spécialisée
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par Institution Saint Dominique le 05/11/2010

Dispositif scolaire unique en France, la Classe Soleil accueille des enfants autistes dans l'objectif de faciliter leur intégration en milieu ordinaire.

                           Un dispositif original et unique en France

 

      L’institution Saint Dominique est un établissement scolaire privé catholique situé à Neuilly-sur-Seine, accueillant des élèves de maternelle, primaire, collège et lycée.

 

En 2003, une réflexion portant sur l’ouverture d’un dispositif pour enfants autistes au sein de cette institution prend forme. En septembre 2006, la première demande d’ouverture du dispositif est formulée. Après plusieurs démarches administratives, dont la nécessaire obtention d’un poste de professeur sous contrat, la  Classe « Soleil » voit le jour. Celle-ci fait l’objet d’un partenariat avec les services de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent du Professeur Mouren de l’hôpital Robert Debré et plus précisément avec le Docteur Chabane, qui a diagnostiqué ces enfants et se charge de leur suivi.

 

Cela fait désormais un an et deux mois (depuis septembre 2009) que la Classe « Soleil » fonctionne : 6 enfants avec autisme, âgés de 3 à 6 ans sont scolarisés dans ce dispositif adapté et unique en France.

 

                   Une intégration facilitée en milieu ordinaire 

 

         Il s’agit de permettre à des enfants atteints d’autisme sévère, voire grave, avec des profils différents et des perspectives d’évolution différentes, de bénéficier d’une prise en charge adaptée, en vue d’intégrer par la suite le milieu ordinaire.

 

Ce dispositif n’est pas une CLIS. Il fonctionne telle une CLIS mais n’en a pas le statut. Ce fut l’une des difficultés à résoudre lors de sa mise en place, car il ne rentrait dans aucune catégorie existante.

 

L’Institution Saint Dominique n’a pas souhaité effectuer cette démarche seule, à son propre compte. Au contraire, elle a souhaité que l’Etat contribue à ce projet. Celui-ci a ainsi reconnu cette démarche, qui va en partie et en apparence à l’encontre de la loi de 2005.

 

En effet, si depuis la loi de 2005, l'école est tenue d'accueillir tous les enfants atteints de handicap, la mise en pratique de cette obligation est plus difficile qu’on ne le croit. La Classe « Soleil » contrarie donc cette loi, en regroupant les enfants autistes dès leur plus jeune âge afin de leur permettre ensuite d’être accueillis en milieu ordinaire. Les enfants ont besoin, dans un premier temps, de ce regroupement.

 

Débuter la scolarisation des enfants hand       icapés par un accueil très adapté permet de tendre plus facilement vers une intégration en milieu ordinaire. La Classe « Soleil » permet cette prise en charge précoce, globalisée et intensive des enfants atteints d’autisme. L’objectif est que les enfants puissent, pour les plus aptes d’entre eux, intégrer une classe de grande section ou de CP ordinaire.

 

 

                                               La mise en œuvre

 

       La méthode choisie pour aider les enfants à mieux communiquer est le PECS (Picture Exchange Communication System/ Système de Communication par Echange d’Images), qui se base sur l’échange d’images pour initier les personnes à la communication.

 

Chacun des six enfants dispose d’un classeur, à l’intérieur duquel des images, ou plus précisément des pictogrammes se trouvent à leur disposition. Ceux-ci correspondent à divers objets, actions, souhaits. Comme ils ne peuvent pas parler oralement, les enfants font des demandes par le biais de ces pictogrammes, ils montrent ce qu’ils veulent, font des petites phrases. Par exemple, pour montrer son désir d’obtenir une voiture rouge, l’enfant va choisir les pictogrammes suivants :

=> Je veux une voiture rouge = Je // Vouloir // Voiture // Couleur rouge

 

Cette stimulation continue permet d’éviter le repli et améliore clairement la communication des enfants et par conséquent leur comportement.

 

L’Institution cherche à obtenir que les jeunes autistes ne restent pas à part. Pour cela, les enfants de la Classe « Soleil » vont déjeuner en même temps ou bien vont en récréation au même moment que leurs camarades. Les classes ordinaires reçoivent également ces enfants pour des activités partagées.

 

Plusieurs satisfactions engendrées : A quand la reproduction d’une telle action ?

 

           Il est nécessaire de comprendre qu’on ne peut pas guérir de l’autisme. Un tel dispositif a pour but d’améliorer le quotidien des enfants et de leurs familles. Ces derniers ont ainsi fait de réels progrès. Ils montrent beaucoup moins d’agressivité dans leurs gestes, dans leur façon d’être. Au lieu de désigner un objet ou de crier, les enfants ont gagné en compréhension, sont plus aptes à répondre aux consignes. L’intégration en classe ordinaire se révèle alors être facilitée.

 

Une telle action est reproductible, mais cela prend du temps. Il faut également tenir compte de la nécessité d’avoir à disposition plusieurs accompagnants (besoin d’un accompagnant pour chaque enfant). L’idéal serait que ce type de dispositif soit mis en place dans toutes les grandes villes françaises en lien avec une structure hospitalière.

 

 

 

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 4 + 4 = ?
Votre réponse: