Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Jyamubandimwana Témoignage du responsable de l’atelier cordonnerie au centre Jyamubandi m’wana, Kigali, Rwanda
Pour aller plus loin
Jyamubandimwana
  • district Gasabo ----- Kigali Rwanda
  • 788842842
  • jyamubandimwana@nullyahoo.fr
  • Xaverine Mukamunana
  • jyamubandimwana@nullyahoo.fr


Témoignage du responsable de l’atelier cordonnerie au centre Jyamubandi m’wana, Kigali, Rwanda

  • Travail et activité : Activités de jour
  • Afrique : Rwanda
  • Témoignage

Par Xaverine Mukamunana le 24/01/2014

La pratique de la cordonnerie facilite la coordination des gestes, mais le plus important, c’est de leur permettre de trouver la confiance en eux et de savoir qu’ils peuvent travailler malgré leur handicap.

 

Photo 1

François Rugambage travaille au sein de l’association depuis 2008. Il exerce son activité avec les enfants dans un premier local de 8h à 12h.

François est atteint lui aussi d’un handicap physique depuis sa naissance.

L’après midi, il se rend à son deuxième local qui se trouve au bord de la route derrière l’association afin de vendre les chaussures, dont les bénéfices serviront à l’achat du materiel.

Il a en charge 7 enfants qui apprennent leur futur métier.

Ce sont les parents de l’association qui ont eu l’idée de créer cet atelier afin que les enfants qui ne peuvent bénéficier d’une scolarité puissent avoir des ressources en travaillant.

Il est seul à encadrer l’atelier, ils fabriquent environ 15 chaussures par jour.

Mais le manque de moyens comme le cuir, la causerie des machines et un manque de place freine la bonne marche de l’activité.

Xavérine Mukamanana, la coordonnatrice de l’association arrive parfois à avoir du materiel ou elle achète elle-même le materiel dont l’atelier à besoin.

Cet atelier a pour but aussi d’aider les enfants avec un handicap moteur associé. La pratique de la cordonnerie facilite le travail de leurs membres supérieurs, leurs gestes qui se font plus précis. Mais le plus important, c’est trouver leur confiance en eux et de savoir qu’ils peuvent travailler malgré leur handicap.

Cet atelier démontre que malgré le regard extérieur, le manque de moyens, et le handicap, les enfants ont pu acquérir un savoir faire, un métier une envie de projet et ils ont compris que c’est métier dont la population a besoin.

Ils espèrent que lors de la construction du centre sur le terrain de l’association cet atelier bénéficiera d’un local d’apprentissage plus grand et avec tout le matériel nécessaire.

 

Témoignage de François RUGAMBAGE, recueilli sur place par Stéphanie Richefort en novembre 2013

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: