Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER Gestion mères/enfants d'un centre de réinsertion pour femmes ayant une maladie mentale stabilisée, Côte d'Ivoire
Pour aller plus loin
FONDATION DES AMIS DE L'ATELIER
  • 17 rue de l'Egalité 92290 CHATENAY-MALABRY France
  • 01 46 29 59 00
  • contact@nullamisdelatelier.org
  • Romain PHILIPS
  • philips.romain@nullgmail.com
  • CAJ SESAME Orsay


Gestion mères/enfants d'un centre de réinsertion pour femmes ayant une maladie mentale stabilisée, Côte d'Ivoire

  • Vie sociale et quotidienne : Projet de vie
  • Afrique : Côte d'Ivoire
  • Fiche d'expérience

Par Romain PHILIPS le 10/06/2014

A Bouaké, certains centres prennent en charge la mère plus l'enfant et s'occupent d'eux jusqu'à ce que la mère trouve un emploi.

Le centre de Belleville est un centre de travail pour femmes ayant une maladie mentale stabilisée, dans le but de les réinsérer dans une entreprise à terme. Il est géré par l'association Saint Camille et dirigé par des soeurs.
Les femmes, mères peuvent venir avec leurs enfants.

Elles viennent du CHU - centre de soins psychiatriques- afin de recevoir les soins. Le médecin déclare par la suite si la personne est stable et si elle souhaite apprendre un métier avant de retourner en famille.
La sensibilisation est faite au CHU sur l'importance du travail pour s'épanouir.

Une fois arrivé à Belleville elles remplissent un dossier de réinsertion.
Si l'une d'elle arrive avec son enfant et que  l’on constate que personne ne peut s'en occuper c'est Belleville qui accueil la mère avec l'enfant.

Pour les enfants en bas âge, une maternelle est sur place et pour les enfants plus âgés, ils sont dirigés vers les écoles publiques du quartier.
Pour manger, les enfants plus âgés retournent le midi à Belleville puis retournent à l'école.

Quand les enfants atteignent l’adolescence la mère peut avoir du mal à gérer son enfant. A ce moment là, les sœurs font figures d'autorité.
Ainsi, quand un adolescent fait une crise, il y a échange personnel entre l'adolescent, les sœurs et sa mère afin de l'amener a comprendre la situation et qu'il doit obéissance à sa mère. Il peut donner son avis mais il est tenu d’obéir à ce qui lui a été demandé.
A l’inverse, quand les demandes de la mère sont trop importantes, les sœurs la rencontrent. Elles font donc office de pont entre la mère et l'enfant.

Pendant que les mères se forment sur un métier grâce à une formatrice, les institutrices apprennent aux enfants de maternelle  la propreté, la politesse, le savoir vivre et le gout de l'école.Les enfants commencent même à apprendre à lire et à écrire : « former les syllabes et les voyelles », compter et s'exprimer en Français.

Quand ils arrivent dans le centre de Belleville ils communiquent grâce au dialecte local et en 3 mois ils apprennent à parler Français de façon correcte.Ceux qui viennent de la maternelle ont un avantage par rapport aux autres car ils apprennent plus tôt à écrire et le lire, ce qui crée un décalage.

A midi, les enfants de maternelle viennent à la cantine et font une sieste.
Un des moyens pour faire étudier les enfants est de leur proposer un gouter.

Tout le monde participe aux taches de la vie courante.
Le mercredi et samedi, les petits apprennent à ramasser les papiers et les grands font la lessive et le nettoyage des dortoirs.
Les mères elles font la cuisine, le jardinage et veillent à l'entretien des toilettes et des douches. Pendant les grandes vacances, ceux de 14 ans et plus nettoient les douches, les wc et entretiennent la cour.

Les enfants ont aussi à disposition balançoire et autres jeux pour enfants de leur âge.

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 15 - 5 = ?
Votre réponse: