Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Fondation Arc-en-Ciel Vers une très haute qualité environnementale pour répondre à l'exigence du bien-être des personnes cérébrolésées, France
Pour aller plus loin
Fondation Arc-en-Ciel
  • 46 avenue Wilson 25200 Montbéliard France
  • 03 81 31 23 30
  • swurgler@nullmas-mosaique.fr
  • favret
  • swurgler@nullmas-mosaique.fr
  • The Hospitality House specializes Mosaic (Establishment)


Vers une très haute qualité environnementale pour répondre à l'exigence du bien-être des personnes cérébrolésées, France

  • Résidentiel : Hébergement
  • Europe : France
  • Fiche d'expérience

Par favret le 05/08/2010

La fondation Arc-en ciel, implantée en Franche Comté, reconnue d'utilité publique, gère des établissements et services dans les secteurs médico social, médico éducatif et sanitaire.

Origine de la MAS La Mosaique

 
La fondation Arc-en ciel, implantée en Franche Comté, reconnue d’utilité publique, gère des établissements et services dans les secteurs médico social, médico éducatif et sanitaire. Elle compte 7 établissements principaux : maisons de retraite, IME, centre de rééducation fonctionnelle, centre de réadaptation cardiologique, ….et la MAS.

C’est le centre de rééducation fonctionnelle Bretegnier de Héricourt qui a été à l’origine du projet de notre MAS. Ce centre avait une activité d’éveil de patients sortant du coma. Il fallait trouver une solution pour libérer des places utilisées par des personnes ne pouvant envisager la perspective de rentrer chez elle.

Très vite, l’idée de créer un lieu d’hébergement a vu le jour. Devant la rapidité des autorisations, nous avons loués des locaux dans une Polyclinique à Montbéliard en raison des besoins matériels spécifiques. La MAS. a ouvert ses portes le 29 juillet 2002. (La photo de présentation de la fiche vientde l'inauguration)

La structure pouvait alors accueillir 11 résidents. La Mosaique est restée 6 ans à Montbéliard, 1 an à Héricourt avant de re-déménager à Lure dans le nord de la région Franche comté. Cette installation sur le site de Lure est intervenue le 6 juillet 2009

La mission est d’offrir un lieu de vie à des personnes cérébrolésées lourdement handicapées et nécessitant des soins continus.

Les résidents présentent :

- des séquelles graves de traumatisme crânien

- des tétraplégies hautes gardant une autonomie respiratoire

- des lésions cérébrales post-anoxiques

- des Locked in Syndrome

- des déficits innés

Nous disposons de 42 places dont 2 destinées à l’accueil temporaire.
La moyenne d’âge est de 43 ans, 2/3 d’hommes pour un 1/3 de femmes sont présents.

                              Les finalités de la création de la nouvelle MAS

La Mosaïque étant située au 1er étage d’ une polyclinique, il était difficile pour les résidents de sortir aisément sur l’extérieur, l’établissement se trouvant en pleine ville et entourée de parkings. De plus les personnes alitées ne voyaient que les 4 murs de leur chambre et leur télé.

Lors du travail de préparation du projet de la nouvelle MAS, la première volonté a été la mise en place d’accès sur l’extérieur.

Les autres problèmes rencontrés étaient les chambres doubles, le manque d’espace pour les fauteuils, le manque de rangement dans les chambres, les pièces exiguës, le manque de pièces communes…
Enfin il y avait une volonté de la part des professionnels de se « poser » et de se sentir chez soi, ainsi qu’un réel besoin de sortir de l’espace médical pour retrouver l’idée d’un établissement médico-social.

                                               Mise en œuvre du projet

La commune de Lure a mis à notre disposition à titre gracieux, un terrain de 1.5 ha. Situé dans un endroit marécageux, ce terrain nous a posé des problèmes d’infiltration d’eau et cela a eu pour conséquence le report des travaux au mois d’avril 2008 au lieu de novembre 2007. A partir de là, les travaux ont duré environ 18 mois.

On peut compter 5 années entre le projet de création et la réalisation finale. Pour trouver l’architecte, un appel d’offre a été lancé par la direction générale de la fondation. L’architecte Mme Pascale RICHTER a été retenue notamment parce qu’elle avait lu le livre « le scaphandre et le papillon » et qu’elle était sensible dans son projet d’architecture aux personnes atteintes du locked-in syndrome. Le cabinet d’architectes Richter est situé à Strasbourg.

Avant de démarrer le projet, nous avons ensemble visité de nombreux établissements en essayant de repérer les points positifs, les points essentiels et ce dont on ne voulait pas. Il faut noter qu’il existe peu d’établissement aussi médicalisé que celui dont nous avions besoin.
Nous avons également travaillé avec le personnel pour recueillir leurs attentes. Un cahier des charges a ainsi été constitué. Ensuite l’architecte a présenté ses plans. Nous avons retravaillé dessus avec l’équipe, et apporté quelques aménagements.  Le projet a réellement été le fruit d’une collaboration. Nous n’avons pas rencontré de réelles difficultés durant les travaux.

Les moyens

Il a été nécessaire de travailler avec un cabinet d’architecte, et la sensibilité de l’architecte a eu un rôle important. Sur le plan financier, le coût total des travaux a été de 7.600.000€.
La seule contrainte imposée au cabinet d’architecte concernant le choix des équipes pour le chantier, a été de recruter des entreprises du secteur. Notre volonté était de faire appel à l’économie de notre région.


                                                                     Bilan

Dès le premier jour des résidents ont montré leur satisfaction. Le fait d’avoir une chambre individuelle, d’être chez soi, de pouvoir personnaliser leur espace et de pouvoir accéder facilement à l’extérieur, ont été les points les plus importants pour eux. Nous avons reçu une mention premier prix du projet citoyen lors d’un concours d’architecte en septembre 2009. (voir pièce jointe)


« Le projet de la MAS la Mosaïque constitue un enjeu architectural majeur ; concevoir un bâtiment qui présente au-delà de sa fonctionnalité, une richesse spatiale et une diversité d’atmosphère pour qu’il soit le cadre stimulant du projet de vie des résidents.

Plus qu’un lieu d’hébergement de soins, la MAS est une maison voire un petit village avec sa place, ses restaurants, son coiffeur, son lieu de culte, ses jardins et ses chambres dessinant chacune à l’intérieur et à l’extérieur le volume d’une maisonnette.

Devant l’édifice, on trouve le parvis d’entrée dessiné comme une place de village ouvert à tous, cerné avec des arbres, on peut s’y attarder.

Dans l’animation de l’ensemble des services on prend la mesure de l’édifice, on comprend et on se repère aisément autour d’un patio central.

- A droite : l’administration, la pharmacie, les services généraux,

- Devant : les espaces d’animation et le grand jardin,

- A gauche : les soins, les salles à manger et les chambres.


La circulation centrale est conçue comme la colonne vertébrale du projet, la rue principale du village, on s’y promène, on s’y rencontre : résidents, personnels, visiteurs. Elle est jalonnée d’événements depuis le hall d’entrée jusqu’à la maison du personnel.

Chacune des transparences sur le paysage (tantôt directement, ou au travers d’une salle, d’une terrasse), constitue un repère pour l’orientation dans l’espace et dans le cycle des saisons. Cette rue distribue l’ensemble des espaces collectifs et de soins, ainsi que l’administration. Elle se prolonge naturellement dans la zone technique.

On passe dans les ailes des chambres pour se retirer progressivement dans l’intimité.
Les plafonds ont un rôle essentiel dans la définition de l’espace par un jeu de hauteur et de découpage original mis en lumière, ils offrent une dimension supplémentaire au regard.

Les salles de restauration et d’animation se prolongent dans les jardins par des terrasses ombragées. Entre les ailes du bâtiment il y a des jardins, tous très différents, vivants aux vertus thérapeutique.

De l’extérieur par le dessin des façades, le volume, les plantes, les arbres, la couleur de l’habillage extérieur, on peut reconnaître et identifier chaque chambre. Toutes sont orientées à l’est ou à l’ouest.
A l’intérieur, et avant tout, la chambre doit pouvoir être vécue comme une petite demeure. Elle permet la constitution d’un univers intime, différent pour chaque résident : sources lumineuses variées, recoins, tablettes, hauteur sous plafond variable, un mur magnétique peut être aménagé au goût du résident.

Les fenêtres basses permettent un regard depuis le lit sur le jardin. Une petite terrasse protégée privilégie des moments extérieurs seul ou avec son voisin.

Les matériaux de façade et d’intérieur sont choisis selon leur pérennité, leur provenance naturelle, et la facilité de leur entretien.

Une toiture plate végétalisée, des hauts jours, planchers rafraîchissants permettent de réguler la température du bâtiment. Dans un souci de protection de l’environnement, les matériaux comme le bois ont été privilégié, le lino et les peintures sont minérales…. des panneaux solaires complètent l’ensemble.

 

 

    Langue d'origine : Français
    Ajouter un commentaire

    Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

    Question: 4 + 4 = ?
    Votre réponse: