Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Mon voyage à Madrid avec les résidents du Service d'Accompagnement à la Vie Sociale de Clamart, France


Mon voyage à Madrid avec les résidents du Service d'Accompagnement à la Vie Sociale de Clamart, France

  • Inclusion : Citoyenneté / Transport
  • Europe : France
  • Témoignage

Par Handiplanet le 17/09/2018

Dans le cadre d'un échange entre services, les résidents de ce service de la Fondation des Amis de l'Atelier ont rendu visite aux résidents d'un service de même nature à Madrid, en Espagne. Le voyage a eu lieu entre le 13 et le 18 mai. Gregory Fraysse nous en donne son témoignage.

Ce qui m’a motivé en premier lieu pour ce voyage, c’est de connaitre les problèmes que rencontrent ceux qui ont une maladie psychique, à l’étranger. C’est pour se comparer, pour voir comment vivre avec la maladie. La maladie, on est obligé de l'accepter pour être en communauté avec des gens, discuter, avoir une vie ordinaire, sociale comme les autres.

Il y avait le côté touristique aussi. Il y a avait la fête de Saint Isidro, où les gens dansent dans Madrid et mangent des friandises, une spécialité de là bas.

Le projet s’est préparé en deux ans. On se réunissait avec les éducateurs pour en parler. Je n’étais pas sûr de partir à cause d’une crise d’angoisse. Mais finalement je suis parti. Nous étions treize ou quinze, je ne sais plus, avec 3 éducateurs. Chacun a payé une participation de 160 €.

Rodolphe, un des éducateurs qui nous accompagnaient, connaissait le SAVS qui nous a reçus en Espagne. Maria Angel, traductrice espagnol était venue nous rendre visite et nous avons échangé au cours d’un repas. On n’allait donc pas à l’aventure. On a loué un gîte sur place qui pouvait tous nous accueillir. Il fallait prendre le bus ou le métro pour aller au SAVS. Ils avaient un local en centre-ville et un foyer que nous avons visité à la périphérie de la ville.

On a fait la cuisine nous mêmes. Chacun a mis la main à la pâte. On a bien mangé, de la nourriture espagnol, chorizo etc. On est allé deux fois au restaurant.

J’ai fait connaissance avec Raoul que j’avais vu sur Skype quand nous communiquions avant d’aller les rencontrer. On a parlé très peu, à cause de la langue. Rudolph a traduit quelques mots. Je lui ai payé un café et nous avons passé un moment ensemble. C’est quelqu’un de très seul qui a appris à vivre avec d’autres. Ce qui est mon cas aussi. Ce fut un beau moment d’échange.

Nous avons écouté des témoignages lors de deux  réunions, les 16 et 17 mai. C’était traduit. C’était touchant leur histoire. Nous leur avons aussi raconté ce que nous vivions en France.

Je ne sais pas si c’est de la curiosité ou de l’empathie, mais j’avais de l’admiration pour leur vie personnelle. Ils arrivaient à avoir une vie équilibrée. Ils étaient fiers de raconter leur vécu et ils étaient à fond dans ce qu’ils disaient. On a pas trop vu la souffrance parce qu’ils n’en ont pas parlé.

On a fait un marché à Madrid. On a visité une galerie d’art. On est allé au parc du Retiro, le plus grand parc de Madrid. Certaines visites et déjeuner au restaurant se sont faites avec eux.     

 Ce voyage m’a amené un pue de lumière. On n’est pas seul à souffrir. On s’occupe pas de la souffrance de l’autre. On ne pense qu’à ce qu’on vit dans notre tête.  On s’identifie un peu à l’autre pour se dire qu’on n’est pas seul à vivre la maladie.

De voyager avec d’autres personnes m’a permis d’avoir moins peur, d’avoir de la compagnie. On a découvert réciproquement des choses nouvelles entre nous. Le temps parle pour moi. Plus je vis plus j’apprends à être serein. Apprivoiser la mort, qui est une vraie angoisse pour moi, n’est pas facile. Avec le temps et grâce à des voyages comme celui là j’ai l’impression d’être mieux.

Langue d'origine : Français
tumusifu biringanine
02/10/2018 14:41
je suis un handicape qui ont etudie
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 5 + 5 = ?
Votre réponse: