Aller au contenu. | Aller à la navigation

Accueil Témoignage de Gilles Legoff, éducateur en Foyer de Vie et Photographe


Témoignage de Gilles Legoff, éducateur en Foyer de Vie et Photographe

  • Vie sociale et quotidienne : Culture
  • Europe : France
  • Témoignage

Par Handiplanet le 18/12/2017

Si le monde de la connaissance et du raisonnement est plus difficilement accessible aux personnes ayant une déficience intellectuelle, le monde du sensible et du beau est un monde dans lequel ils entrent de plain pied.

Gilles Legoff, témoignage

J’ai découvert le secteur medio social durant mon service militaire en tant qu’objecteur de conscience, en 1997 à l’Arche. Les communautés de l’Arche, sont des lieux où vivent et travaillent ensemble des personnes adultes en situation de handicap mental et ceux qui les accompagnent, les « assistants » salariés ou volontaires dans le cadre du service civique.

Ces communautés, qui relèvent du secteur médico-social, proposent d’associer tous leurs membres dans des relations interpersonnelles qui dépassent la seule relation d’aide. A L’Arche, on cherche à « vivre avec » les personnes ayant un handicap, plutôt qu’à « faire pour » elles.

Confronté au handicap mental au quotidien, a été pour moi une très forte expérience de vie, très positive, riche de rencontres, de partage avec des personnes dites « différentes ! » et a marqué mon futur personnel et professionnel.

Je me suis formé par la suite en tant qu’éducateur. J’avais par ailleurs une sensibilité artistique, en particulier pour la photographie, sans pouvoir l’exercer au sein de mon métier.  Assez récemment j’ai pu marier ces deux sensibilités dans le cadre d’un « Foyer de vie » accueillant des adultes, hommes et femmes en situation de handicap mental et/ou psychique ou j’exerce actuellement.

Si mon but était de valoriser ces personnes en les plaçant dans la lumière, l’autre était de montrer la « différence » quelle qu’elle soit !  Cela reste un sujet délicat. Montrer le quotidien au sein d’un ce foyer de vie s’est fait à l’occasion d’une fête champêtre organisée par l’établissement. J’ai proposé en accord avec ma chef de service de présenter mon travail photographique avec les personnes que j’accompagnais au cours d’une exposition.

L’exposition mise en espace à cette occasion s’intitulait « Du quotidien d’un foyer de vie » : portraits, scènes de vie, en noir et blanc...  Plus précisément, par ce travail, il s'agissait de faire découvrir l'univers quotidien d'un "foyer de vie" accueillant des hommes et des femmes... C'était aussi et surtout l’occasion à mon sens, de valoriser ces personnes en les plaçant "dans la lumière" et d'entamer un dialogue sur un univers souvent méconnu ou les préjugés sont encore malheureusement forts présents!

 

    Le support qu'est la photographie permet donc, selon moi, de s'ouvrir vers l'extérieur, de "sortir des murs de l'Institution" en permettant divers échanges, afin d'être disponible à la rencontre de l'Autre et de (re)placer la personne en situation de handicap et/ou psychique au cœur de la cité

 

 Dans un second temps, l’exposition « Du quotidien d’un foyer de vie » a été exposée dans des lieux différents de la ville, Bibliothèque, Espace culturel.

Aujourd’hui, j’utilise la photo comme un outil, un médium pour tenter de faire découvrir la question du handicap au grand public. Mon parcours d’éducateur me sert pour jouer sur les deux tableaux ; à la fois valoriser les personnes en les mettant en lumière par le biais de l’outil photographique  et en même temps essayer de faire changer les mentalités autour du handicap.

Au cours de ce travail photographique, les résidents ont pu échanger autour de leur image, lors d’une visualisation que j’avais projeté sur grand écran. Certains étaient fiers, d’autres plus réservés. Au delà de l’impact que ces photos avaient sur les résidents, ce travail a semble t’il touché les familles en permettant de (re)créer un dialogue avec l’Institution, voire permettre de (re)découvrir leur fille, leur fils d’une nouvelle façon. Certaines familles étaient très émues de cette mise en lumière de leurs propres enfants et sont venues me remercier de cette démarche que j’avais pu entreprendre.

Par la suite, le foyer ayant jugé les sollicitations extérieures pour d’autres événements par trop envahissantes, il n’y a pas eu d’autres expositions. Mais cela était suffisant pour permettre de dire que le médium qu’est la photographie  aide à sortir des murs de l’Institution, à aller à la rencontre des autres, voisins, habitants, … et favoriser à fortiori l’inclusion !Les préjugés tombent ainsi que les représentations négatives quant au handicap, lorsque le public voit les résidents parler d’eux à côté de leur photo. Un résident à qui on posait la question : « Qu’est-ce que cela t’apporte d’avoir ton portrait ainsi exposé ?» ne répondait-il pas: « J’ai envie que les gens sachent que j’existe et que je suis beau

En complément de la photographie, j’ai à cœur de favoriser, tout comme certains de mes collègues au sein du foyer dans lequel j’interviens au quotidien, les sorties culturelles, en petits groupes. Je veille à proposer des sorties au cinéma, théâtre, ou visites de galeries, musées, d’expositions… Ainsi, les résidents peuvent avoir un accès à la culture, au sensible, à l’imaginaire…  Ce travail photographique m’a redynamisé dans ma pratique professionnelle, dans un quotidien parfois routinier et ritualisé. J’estime avoir eu de la chance de pouvoir le mettre en œuvre et faire qu’il existe.

Aussi je poursuis, au sein de l’association « ZIGZAG » qui est un pôle pleinement dédié aux pratiques artistiques adaptées : théâtre, clown, marionnette, cinéma, expression sonore, danse, photographie… mes recherches mêlant le handicap avec le théâtre. J’ai intégré l’association « ZIGZAG » comme artiste associé pour être le « témoin privilégié » de tout ce qui se passe, avant, pendant et après les différents ateliers et spectacles proposés. Le propos est de leur permettre d’être sur scène comme elles sont dans la ville. On est parfois ému aux larmes par la poésie, par la prestance d’un artiste en situation de handicap sur scène. L’enrichissement,  l’ouverture au monde, aux autres est incroyable lors de ces ateliers, répétitions, spectacles... Mon récent travail photographique  au sein de « ZIGZAG », - zigzag-theatre.com-  intitulé « Du Jeu au nous » s'attache à être le témoin privilégié de la rencontre de personnes en situation de handicap mental et/ou physique avec le théâtre. Ses photographies en noir et blanc montrent avec pudeur et sensibilité les échanges, l'énergie et les complicités de chaque participant aux ateliers, à la rencontre des autres et dans la découverte de soi-même, au travers du jeu, autour des spécificités de chacun, et à la recherche de capacités inconnues.

La culture, l’art est un monde accessible aux personnes déficientes intellectuelles. Il se passe toujours quelque chose lors de la confrontation entre une personne ayant un handicap et le monde du sensible. Elles n’ont pas le même filtre que nous. Il suffit de leur donner la liberté d’expression et on sort alors immédiatement des sentiers battus.

Ma démarche photographique  m’a également permis, à titre plus personnel de rencontrer certains grands noms de la photographie. Ils m’ont fait un retour positif et m’ont assuré qu’il y avait encore beaucoup à faire pour que le handicap soit mieux (re)connu et valorisé par l’image. En réponse notamment à cette « invitation », j’ai  décidé de créer l’association « SELLIG » :  association ayant pour but d'utiliser l'outil photographique ainsi que tous arts visuels pour créer et diffuser des projets et événements culturels et artistiques; de répondre aux demandes spécifiques des associations et des établissements médico-sociaux en utilisant notamment le médium photographique comme vecteur de lien social; d'assurer et entretenir le lien entre le secteur médico-social éducatif et le domaine artistique. C’est une façon pour moi de continuer mes recherches mêlant la photographie et l’univers du handicap.

Gilles Legoff ; sellig.photo@gmail.com;

 

Langue d'origine : Français
Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text. Les url et les courriels sont transformés en liens cliquables. Les commentaires sont modérés.

Question: 10 + 4 = ?
Votre réponse: